Qu’est-ce que Web3 ? Un guide complet

Qu’est-ce que le Web3 et en quoi diffère-t-il du Web2 et du Web1 ? Nous retraçons ici l’histoire du web et sa vision d’un avenir décentralisé.

Aug 17, 2022
|

Web3 Opt 1

Principaux enseignements

  • Web1 (1989-2004), également appelé “web statique”, était en lecture seule et décentralisé.
  • Web2 (2005-aujourd’hui) est interactif mais centralisé
  • Le Web3 (l’avenir) sera plus humain, avec un retour à la structure décentralisée d’origine, mais avec des améliorations en matière de confidentialité et de sécurité des données.

L’évolution du Web

L’internet a beaucoup évolué depuis sa création en 1989. Son évolution historique, actuelle et prévue est généralement divisée en trois étapes distinctes : Web1, Web2 et Web3.

La première itération (Web1), composée principalement de pages web statiques purement informatives, a duré approximativement de 1989 à 2004. Il a été suivi par le Web2, beaucoup plus interactif et convivial, dominé par des plateformes centralisées telles que Facebook, Twitter et YouTube, qui est la version actuelle de l’internet. Web3 représente la prochaine génération de l’internet, qui fait beaucoup parler d’elle.

Le concept de Web3 a commencé à gagner du terrain en 2021 , en grande partie grâce à la prolifération de technologies évolutives comme la blockchain. Parfois appelé “web décentralisé”, le Web3 vise à résoudre de nombreuses lacunes associées au Web2, en particulier celles liées à la vie privée, à la sécurité et à la centralisation. Bien qu’il en soit encore à ses balbutiements, le Web3 s’appuiera fortement sur des protocoles décentralisés pour faire basculer l’échelle du pouvoir vers les utilisateurs.

Nous examinons ici chaque phase du web, de ses différences aux défis uniques auxquels elle est confrontée.

Evo Of Web

Web1

Web1 fait généralement référence à la première phase de l’évolution de l’internet. C’était l’Internet tel que nous l’avons connu pour la première fois, et ce qui a engendré le boom des “dot-com”. Contrairement au web d’aujourd’hui, qui est très interactif, le web 1 était plutôt passif et se résumait à la lecture et à la consommation d’informations. C’est pourquoi on l’appelle parfois le web “en lecture seule”.

Web1 en bref

  • Décentralisé
  • Les sites web étaient purement informatifs
  • Facilitation de la communication unidirectionnelle entre le réseau et les utilisateurs
  • Sites proposant un contenu statique au lieu d’un contenu HTML dynamique
  • Largement composé de pages web reliées par des hyperliens
  • Pages construites à l’aide d’inclusions côté serveur (SSI) ou d’une interface de passerelle commune (CGI)
  • Parmi les exemples de Web1, on peut citer : AOL, Yahoo !, Craigslist, Ask Jeeves et WebMD.

Qu’est-ce que Web1 ?

Cette première itération a duré approximativement de 1989 à 2004. Elle a été inventée par l’informaticien britannique Sir Tim Berners-Lee et connue sous le nom de World Wide Web (WWW). En tant que forme très rudimentaire de l’internet, Web1 était essentiellement un répertoire d’informations statiques reliées entre elles par des hyperliens, sans feuilles de style en cascade(CSS).

Les sites web étaient construits à l’aide de Server Side Includes (SSI) ou de Common Gateway Interface (CGI), et ils étaient hébergés sur des serveurs web gérés par des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ou des services d’hébergement web gratuits. Contrairement à ce à quoi nous sommes habitués aujourd’hui, les informations et les produits sur le Web1 étaient simplement présentés (comme dans un catalogue ou une brochure), sans possibilité pour les utilisateurs d’interagir (aimer/partager/commenter) ou de contribuer. Seul un petit nombre de personnes a créé du contenu, la majorité des participants étant des consommateurs passifs.

Web2

Alors que le Web1 était axé sur l’accès à l’ information, le Web2 est axé sur la création et la contribution. Il est devenu la base de la commercialisation de l’internet, et c’est au cours de cette phase que le commerce électronique, les médias sociaux et les plateformes de communication virtuelles ont pris leur essor.

Parfois appelée web participatif, web social ou web “lecture/écriture”, cette deuxième génération de services web est fortement axée sur l’interaction, l’interopérabilité et la connectivité. Il s’agit de la version de l’internet que nous connaissons aujourd’hui et qui est largement influencée par l’avènement du mobile, du social et de l’informatique dématérialisée.

Web2 en bref

  • Centralisé
  • Contenu réactif et dynamique
  • Large utilisation sociétale
  • Basé sur l’interaction avec des technologies telles que AJAX, Javascript, HTML5 et CSS3
  • Niveau élevé de participation des utilisateurs et de contenu généré par les utilisateurs
  • Interopérabilité entre différents services
  • Amélioration de la convivialité pour les utilisateurs finaux
  • Une communication sans faille
  • Dominée par des entreprises qui fournissent des services en échange de données personnelles
  • Parmi les exemples de Web2, on peut citer : Instagram, YouTube, Facebook et Google Maps : Instagram, YouTube, Facebook et Google Maps
  • Les applications comprennent les médias sociaux, les blogs, le vote, le marquage, les signets sociaux et le podcasting.

Qu’est-ce que le Web2 ?

Le terme Web2 a été popularisé par Tim O’Reilly et Dale Dougherty lors de la première conférence O’Reilly Media Web 2.0 fin 2004. Plus convivial et plus dynamique que le web original, le Web2 a inauguré l’ère du contenu généré par l’utilisateur, changeant à jamais notre façon d’interagir.

Dès son lancement, et pour la première fois, toute personne ayant accès à l’internet pouvait participer et échanger des connaissances, des idées et des expériences sur des plateformes telles que Wikipedia, MySpace et WordPress. Ils pourraient gérer des entreprises entières sur Etsy et Depop, publier des avis sur Amazon et TripAdvisor ou des images sur Flickr ou Pinterest, télécharger des vidéos sur YouTube et promouvoir des logements sur Airbnb – la liste est encore longue.

Les entreprises en ont également profité. La connectivité accrue a facilité l’interaction et la communication entre les organisations et leurs clients, ce qui a permis d’améliorer la satisfaction de ces derniers et d’augmenter les recettes. Elle a également permis de réduire les délais de mise sur le marché des produits tout en diminuant les coûts de communication, de déplacement et d’exploitation. Le marketing est devenu plus ciblé et plus mesurable que jamais, et l’accès à la connaissance de la concurrence à l’extérieur d’une organisation n’est qu’à un clic de souris.

Mais tous ces pouvoirs et cet accès s’accompagnent de compromis, le plus notoirement au détriment de la vie privée des utilisateurs.

Les problèmes du Web2

Ces plates-formes dont nous dépendons tous (tant sur le plan personnel que professionnel) sont centralisées dans des serveurs appartenant à un petit nombre de grandes entreprises. Cela signifie qu’une quantité énorme de pouvoir et de contrôle est concentrée entre les mains d’un petit nombre, ce qui a suscité beaucoup d’inquiétude ces dernières années.

Ce pouvoir est susceptible de porter atteinte à la vie privée des utilisateurs. Les utilisateurs finissent par “payer” pour utiliser ces plateformes en cédant les droits sur leurs données personnelles. Tout, depuis le nom, la date de naissance et l’adresse IP jusqu’à l’appareil, l’historique de navigation et les habitudes d’achat, peut être collecté, stocké puis vendu à des publicitaires, souvent sans que l’utilisateur n’en soit conscient.

Pourquoi ? En effet, les points de données fournissent des informations marketing importantes que les entreprises peuvent utiliser et rentabiliser : En 2021, Facebook (Meta) a empoché la somme astronomique de 114,93 milliards de dollars en recettes publicitaires, tandis que Google a presque doublé ce chiffre en atteignant 209,5 milliards de dollars, selon Statista.

En bref, alors que dans le Web1, les utilisateurs étaient les consommateurs, certains disent que dans le Web2, ils sont le produit.

Les utilisateurs en tant que produit

En outre, les utilisateurs de ces plateformes peuvent également être censurés et déplacés. Si un utilisateur publie une image ou un commentaire avec lequel la plateforme n’est pas d’accord, il risque de le voir supprimé ou, dans certains cas, de voir son compte fermé pour une durée indéterminée. Et cette interdiction ne s’appliquerait pas nécessairement à cette seule plateforme, mais potentiellement à toutes les autres plateformes contrôlées par une société mère.

Alors pourquoi les utilisateurs ne quittent-ils pas tout simplement ces plateformes ? Parce que, pendant longtemps, il n’y avait pas beaucoup d’options. Comme indiqué précédemment, la technologie est aujourd’hui dominée par une poignée d’entreprises (Alphabet [Google], Meta, Amazon, Apple). Il est suggéré que leur incroyable accès aux données, associé à des ressources quasi infinies, confère à ces mastodontes un avantage déloyal sur la concurrence, rendant presque impossible pour les petites entreprises de se faire une place.

Ces entreprises ont créé des écosystèmes fermés – connus sous le nom de “jardins clos” – qui sont conçus pour garder les utilisateurs sur leur plateforme, tout en les empêchant d’utiliser d’autres solutions. (Les lecteurs intéressés peuvent consulter cette plongée dans l’écosystème d’Apple et son fonctionnement).

Certes, un utilisateur peut quitter Facebook pour l’une ou plusieurs des raisons mentionnées ci-dessus, mais il risque alors de ne plus pouvoir accéder à certaines autres plateformes ou applications qui nécessitent l’intégration de Facebook. Il se peut même qu’ils passent involontairement à une plateforme qui partage de toute façon la même société mère. De plus, dans le cas de plateformes comme Facebook, en se retirant, les utilisateurs perdent l’accès à leurs données – photos, conversations et connexions qu’ils ne savaient même pas qu’ils voulaient conserver.

Toutefois, grâce aux progrès technologiques, les choses changent. Ce qui nous amène à Web3.

Web3

Parfois appelé web sémantique, Web3 est une question de lecture, d’écriture et de possession .

Les inquiétudes largement répandues au sujet du Web2 concernant l’extraction de données, la surveillance en ligne, la manipulation d’algorithmes, l’exploitation de la publicité et l’interdiction subjective ont poussé de nombreuses personnes à rechercher des plateformes alternatives. Ces alternatives sont devenues le fondement du Web3, car elles contournent les silos de contenu et les monopoles de l’internet et sont axées sur la propriété personnelle des données.

Grâce à l’utilisation de la blockchain et de la technologie connexe, Web3 vise à retirer le pouvoir aux entreprises technologiques géantes et à le remettre entre les mains des utilisateurs, où ils peuvent posséder leur part dans le web, plutôt que d’être simplement des utilisateurs ou des consommateurs.

Web3 en bref

Bien qu’il s’agisse encore d’un travail en cours, le Web3 englobe certaines idéologies qui, de l’avis général, en constituent l’épine dorsale :

  • Décentralisé
  • Sans confiance et sans autorisation
  • Non censuré
  • Autonomie
  • Des niveaux de confidentialité et de sécurité plus élevés
  • Plus de contrôle de la part de l’utilisateur
  • Sans silo
  • Amélioration de la lisibilité dans les moteurs de recherche
  • Paiements intégrés en mode natif

Qu’est-ce que Web3 ?

Le concept de Web3 a été introduit pour la première fois par Berners-Lee dans un article publié en 2001 dans Scientific American, dans lequel il identifiait un manque de communication flagrant entre les humains et les applications informatiques. Il a reconnu que les machines étaient incapables de traiter la sémantique du langage, ce qui signifie qu’elles ne pouvaient pas déchiffrer le sens ou le contexte des données. Il a proposé une toile qui serait un jour lisible par les humains et les machines.

Si la technologie n’a pas encore évolué au point que cette partie de son concept puisse être entièrement réalisée, d’autres aspects – en particulier ceux liés à la décentralisation – l’ont été.

Le Web3 promet d’utiliser les technologies de décentralisation pour revenir à la vision originale de Berners-Lee d’un Web où “aucune autorisation n’est nécessaire de la part d’une autorité centrale pour publier quoi que ce soit… il n’y a pas de nœud de contrôle central, et donc pas de point de défaillance unique… et pas de ‘kill switch'”.

Comment fonctionne la décentralisation dans la pratique

Il s’agit d’une version de l’internet qui sera plus intelligente, plus autonome et plus ouverte que toutes celles qui l’ont précédée. Basé sur la technologie blockchain, Web3 vise à supprimer le besoin d’autorités centralisées, ce qui signifie que les utilisateurs pourront interagir avec n’importe quel individu ou machine dans le monde sans avoir à se fier ou à faire confiance à des intermédiaires tiers. Contrairement au Web2, où les données sont la propriété du réseau, les données du Web3 sont partagées. Les utilisateurs sont, en théorie, en mesure de s’engager dans la gestion des protocoles Internet et de posséder (enfin) leurs données.

Les principales technologies qui sous-tendent le Web3 sont : l’intelligence artificielle (IA), la blockchain, l’apprentissage automatique (ML), la réalité augmentée (AR) et les graphiques 3D.

Parmi les exemples de Web3, on peut citer : le protocole décentralisé Bitcoin, la plateforme sociale Steemit basée sur la blockchain, la place de marché NFT OpenSea et les bourses de crypto-monnaies comme Crypto.com.

Le changement de paradigme vers la décentralisation

Le fait de rendre le contrôle des données aux utilisateurs finaux et de le soustraire aux grandes entreprises est un élément essentiel de cette nouvelle version du web. Les réseaux sociaux décentralisés visent à permettre aux créateurs de contenu d’entrer en contact avec le public d’égal à égal (P2P) et d’avoir le dernier mot sur leur contenu sans craindre d’être censurés ou déplatformés.

Par exemple, les jetons non fongibles (NFT) offrent déjà aux créateurs une compensation meilleure et plus équitable en leur permettant de tirer directement profit de leur travail grâce à des redevances intégrées.

Les crypto-monnaies joueront un rôle important dans le Web3, les jetons constituant une incitation financière pour les utilisateurs à participer à la gouvernance du Web. Les propriétaires de jetons peuvent former des communautés, connues sous le nom d’organisations autonomes décentralisées (DAO), et voter sur la manière dont les fonds d’une application décentralisée(dapp) sont distribués. Les jeux basés sur la blockchain, appelés “play-to-earn” (P2E), sont un excellent exemple de ce système en action.

Dans les jeux P2E, les joueurs sont récompensés pour leur temps et leur participation par de l’argent numérique ou des NFT, qui peuvent ensuite être échangés sur des bourses décentralisées (DEX). Des jeux comme Axie Infinity ont permis à de nombreux joueurs de gagner des jetons pour une activité qu’ils auraient normalement entreprise sans ces incitations. Dans certains cas, comme pour Idle Mystic, les joueurs peuvent participer à la gouvernance du jeu en utilisant leurs jetons pour voter sur une décision.

En outre, les portefeuilles de crypto-monnaie supprimeront la nécessité de s’appuyer sur des systèmes de paiement électronique centralisés et tiers, qui exigent des utilisateurs qu’ils fournissent des informations sensibles et des données personnelles. De nombreux acteurs de cet espace pensent que cela contribuera à l’inclusion financière des populations non bancarisées, car les services décentralisés ne s’appuient pas sur les scores de crédit traditionnels.

Les défis du Web3

La faisabilité de Web3. Certains s’interrogent sur la possibilité d’une véritable décentralisation. Ils affirment que la centralisation est inévitable, car les personnes et les entreprises ne veulent tout simplement pas gérer leurs propres serveurs, étant donné que la maintenance d’un serveur est non seulement coûteuse, mais aussi laborieuse et énergivore.

Par conséquent, pour fonctionner, de nombreuses dapps s’appuient au moins autant sur les serveurs web centralisés traditionnels que sur les blockchains. En fait, la plupart des applications d’aujourd’hui utilisent Infura ou Alchemy pour interagir avec la blockchain, qui s’appuient à leur tour sur des serveurs en nuage tiers hébergés par des entreprises centralisées (telles qu’Amazon, dans le cas d’Infura).

La technologie blockchain étant extrêmement coûteuse et gourmande en énergie, nombreux sont ceux qui s’inquiètent à la fois de l’évolutivité et de la durabilité. En outre, la vitesse des transactions est considérablement plus lente sur les protocoles décentralisés que sur leurs équivalents centralisés, et reste un obstacle important à l’adoption de ces protocoles.

Qu’en est-il de la réglementation ?

En outre, la décentralisation s’accompagne de nouvelles questions juridiques et réglementaires. S’il n’y a pas d’autorité unique, qui est responsable de la lutte contre la cybercriminalité, le harcèlement et la désinformation ?

Enfin, il y a la barrière technique à l’entrée. Cela va de la facilité d’utilisation à la sécurité, deux aspects qui seront beaucoup plus complexes à gérer pour l’utilisateur moyen. Le Web3 exige une certaine maîtrise de la technologie. Les utilisateurs devront comprendre et se tenir au courant des informations concernant les blockchains, les contrats intelligents, les portefeuilles, les protocoles, et plus encore, afin de participer à cet espace qui évolue rapidement.

Cette courbe d’apprentissage abrupte est encore aggravée par l’expérience utilisateur souvent un peu décevante de nombreux produits et services Web3, car le processus de conception de l’expérience utilisateur (UX) et de l’interface utilisateur (UI) intervient généralement à un stade beaucoup plus avancé du cycle de développement ; le manque d’intégration dans les navigateurs web modernes rend Web3 moins accessible à de nombreux utilisateurs.

Réflexions finales

Il va sans dire que le web a transformé la façon dont le monde interagit et fonctionne, principalement pour le meilleur. Il est impossible de dire à quel point nous sommes loin du Web3, mais certains de ses éléments font déjà partie de notre Internet actuel. Les experts prévoient que, au moins dans un avenir prévisible, les technologies du Web3 fonctionneront parallèlement au Web2, mais ne le supplanteront pas complètement. Que vous ayez pris le train du Web3 ou non, vous devez admettre que tout cela est plutôt fascinant.

Diligence raisonnable et recherches personnelles

Tous les exemples cités dans cet article sont donnés à titre d’information uniquement. Vous ne devez pas considérer ces informations ou autres documents comme des conseils juridiques, fiscaux, d’investissement, financiers ou autres. Rien de ce qui est contenu dans le présent document ne constitue une sollicitation, une recommandation, une approbation ou une offre par Crypto.com d’investir, d’acheter ou de vendre des pièces de monnaie, des jetons ou d’autres actifs cryptographiques. Les revenus tirés de l’achat et de la vente de crypto-actifs peuvent être soumis à l’impôt, y compris l’impôt sur les plus-values, dans votre juridiction.

Les performances passées ne constituent pas une garantie ou un prédicteur des performances futures. La valeur des crypto-actifs peut augmenter ou diminuer, et vous pourriez perdre la totalité ou une partie substantielle de votre prix d’achat. Lors de l’évaluation d’un actif cryptographique, il est essentiel que vous fassiez vos recherches et que vous exerciez une diligence raisonnable afin de prendre la meilleure décision possible, car tout achat relève de votre seule responsabilité.

Tags

internet

web 1.0

Web 2.0

web 3.0

Web3

Partager avec des amis

Prêt à commencer votre aventure crypto ?

Obtenez votre guide étape par étape pour ouvrir un compte sur Crypto.com

En cliquant sur le bouton "Commencer", vous reconnaissez avoir lu l'Avis de confidentialité de Crypto.com dans lequel nous expliquons comment nous utilisons et protégeons vos données personnelles.
Mobile phone screen displaying total balance with Crypto.com App

Common Keywords: 

Ethereum / Dogecoin / Dapp / Tokens