L’histoire de la monnaie, partie 2 – De la monnaie fiduciaire aux crypto-monnaies

Dans cette deuxième partie d’une série sur l’histoire de la monnaie, nous explorons le parcours de l’humanité depuis l’utilisation de l’or et du papier-monnaie comme monnaie légale jusqu’aux crypto-monnaies.

Jan 18, 2022
|

Article détaillé L'histoire de la monnaie, de la monnaie fiduciaire à la crypto-monnaie

Introduction

Pendant des décennies, les monnaies fiduciaires et les monnaies indexées sur l’or ont constitué l’épine dorsale de l’économie mondiale. Mais un système financier alternatif, également connu sous le nom de finance décentralisée(DeFi), a émergé à la suite de la création du Bitcoin. Nous explorons ici le parcours de l’humanité depuis l’utilisation de l’or et du papier-monnaie comme monnaie légale jusqu’aux crypto-monnaies.

Cet article fait suite à la première partie de la série Histoire de la monnaie, qui explore les origines de la monnaie à travers le troc, le premier système de frappe de monnaie et les premiers billets de banque. Cette série a pour but d’aider les lecteurs à comprendre comment le système monétaire actuel est né afin qu’ils puissent prendre des décisions financières plus éclairées.

Principaux enseignements :

  • La monnaie marchandise, la monnaie représentative et la monnaie fiduciaire sont les trois types de monnaie utilisés au cours de l’histoire.
  • L’étalon-or a été adopté par de nombreux pays à la fin duXIXe siècle, mais il a été abandonné pendant la Première Guerre mondiale.
  • Le système de Bretton Woods s’est dissous discrètement au cours duXXe siècle, et la monnaie fiduciaire est devenue la forme dominante de la monnaie.
  • L’assouplissement quantitatif a été présenté comme une solution à la grande récession de 2007, mais il a des effets régressifs, tels que l’augmentation des inégalités de revenus et de richesses.
  • Le bitcoin est né de l’environnement financier instable des années 2010 et offre de nombreux avantages uniques en tant que moyen d’échange, notamment sa nature décentralisée.

Vue d’ensemble

Qu’est-ce que la monnaie marchandise, la monnaie représentative et la monnaie fiduciaire ?

Lamonnaie marchandise tire sa valeur de la marchandise dont elle est constituée. Elle se compose d’objets ayant une valeur ou un usage en eux-mêmes (valeur intrinsèque) ainsi que leur valeur pour l’achat de marchandises.

Lamonnaie représentative est un moyen d’échange, souvent imprimé sur du papier, qui représente quelque chose de valeur mais qui a peu ou pas de valeur propre. Contrairement à certaines formes de monnaie fiduciaire, qui peuvent n’être adossées à aucune marchandise, la monnaie représentative doit avoir une valeur intrinsèque à l’appui de sa valeur nominale.

Image2
Le dollar américain était garanti par l’or, ce qui en faisait une monnaie représentative à l’époque

La monnaiefiduciaire est une monnaie sans valeur intrinsèque qui a été établie comme monnaie, souvent par une entité gouvernementale. Elle n’a de valeur que parce qu’un gouvernement la maintient ou parce que les parties engagées dans un échange s’accordent sur sa valeur.

Image6
Exemples de monnaie fiduciaire

Voici un aperçu des différentes monnaies qui ont été utilisées au cours de l’histoire :

Image10

L’art moderne de l’argent

L’argent est devenu progressivement plus abstrait. Ses premières formes, comme les produits agricoles, étaient des biens tangibles qui pouvaient être consommés. Par la suite, les pièces de monnaie ont été remplacées par des pièces métalliques, dont les matériaux sous-jacents (c’est-à-dire le métal) étaient des biens d’équipement (c’est-à-dire utilisés dans la production d’équipements).

L’introduction des billets de banque a marqué le passage de la monnaie-marchandise à la monnaie représentative, puisqu’ils ne représentent qu’un lien avec les pièces de monnaie métalliques, mais n’ont pas de valeur intrinsèque. Après l’abandon de l’étalon-or, les billets de banque sont devenus de la monnaie fiduciaire, qui n’est pas indexée et ne possède pas de valeur intrinsèque.

L’étalon-or

Comme les billets ne représentent qu’une référence aux pièces métalliques qui les composent, leur valeur intrinsèque est toujours déterminée par la demande et l’offre du métal sous-jacent. Certains métaux sont faciles à extraire (le cuivre, par exemple) et perdent donc progressivement leur statut de monnaie idéale au fil du temps. Il ne reste donc que deux métaux comme monnaie idéale puisqu’ils sont difficilement exploitables : l’argent et l’or. L’étalon-or et l’étalon-argent sont des systèmes monétaires dans lesquels l’unité de compte économique standard est basée sur une quantité fixe d’or ou d’argent.

Une histoire volatile : L’ascension et la chute de l’étalon-or

De 1870 à 1939, les accords monétaires internationaux ont été dominés par une seule histoire : la montée et la chute du régime de l’étalon-or.

En 1870, environ 15 % des pays étaient soumis à l’étalon-or, contre environ 70 % en 1913. Cette période a été la première ère de la mondialisation, avec des flux croissants de commerce, de capitaux et de personnes entre les pays. Un taux de change fixe facilitant les échanges, de plus en plus de pays ont commencé à adopter le même étalon de mesure.

On peut se poser la question suivante : pourquoi rattacher l’or à la monnaie ? Dans les années 1870, la plupart des pays utilisaient encore l’étalon-argent. Mais un effet de réseau a commencé à se produire à la fin duXIXe siècle, lorsque la superpuissance mondiale de l’époque, la Grande-Bretagne, a utilisé l’étalon-or ; ses colonies ont suivi le mouvement. De plus en plus de pays adoptent l’étalon-or, qui leur permet de commercer à moindre coût avec la Grande-Bretagne et ses colonies. En fin de compte, il est devenu une norme mondiale.

Cependant, tous les pays qui ont adopté l’étalon-or ne l’ont pas trouvé bénéfique, notamment en période de déflation et de récession. Au début de la Première Guerre mondiale, les pays participants avaient besoin d’un moyen de se financer, mais l’étalon-or le leur interdisait, car l’impression de monnaie supplémentaire nécessitait une possession proportionnelle d’or. De nombreux pays ont décidé d’imprimer davantage de monnaie alors qu’ils ne disposaient pas de réserves d’or suffisantes, ce qui a entraîné le flottement de leur monnaie entre 1914 et les années 1920.

La loi sur l’étalon-or de 1925

Un retour à l’étalon-or a eu lieu à la fin des années 1920 et au début des années 1930, à la suite de la loi britannique sur l’étalon-or de 1925. De nombreux autres pays ont suivi la Grande-Bretagne. Toutefois, le retour de l’étalon-or a entraîné la récession, le chômage et la déflation dans ces économies. Cette situation a duré jusqu’à ce que la Grande Dépression (1929-1939) oblige les pays à abandonner l’étalon-or.

Le 19 septembre 1931, des attaques spéculatives sur la livre ont contraint la Grande-Bretagne à abandonner l’étalon-or. Les prêts des banques centrales américaine et française, d’un montant de 50 millions de livres sterling, ont été insuffisants et épuisés en quelques semaines en raison des importantes sorties d’or de l’autre côté de l’Atlantique. Les Britanniques ont bénéficié de ce départ : Ils peuvent désormais utiliser la politique monétaire pour stimuler l’économie. L’Australie et la Nouvelle-Zélande avaient déjà quitté la norme, et le Canada n’a pas tardé à faire de même.

Les pays qui ont conservé l’étalon-or (comme la France et la Suisse) ont payé un lourd tribut. En 1929, par rapport aux pays qui ont conservé l’or, les pays qui ont adopté le flottement ont eu une production supérieure de 26 % en 1935, et les pays qui ont adopté le contrôle des capitaux ont eu une production supérieure de 21 %.

Quel trilemme : l’impossible trinité

La “trinité impossible”, également connue sous le nom de “trilemme impossible” ou “trilemme de Mundell-Fleming”, est un concept d’économie internationale selon lequel il est impossible de maintenir les trois conditions suivantes en même temps :

  • Un taux de change fixe
  • Libre circulation des capitaux
  • Une politique monétaire indépendante

Il s’agit à la fois d’une hypothèse basée sur la condition de parité des taux d’intérêt non couverte et des résultats d’études empiriques, où les gouvernements qui ont essayé de poursuivre simultanément ces trois objectifs ont échoué. Le concept a été développé indépendamment par John Marcus Fleming en 1962 et Robert Alexander Mundell dans différents articles entre 1960 et 1963.

La trinité de l'impossibilité

Choisir son camp

De 1870 à 1917, les pays qui ont adopté l’étalon-or ont choisi le côté A (voir diagramme ci-dessus), où ils avaient un taux de change fixe et une libre circulation des capitaux afin de faciliter le commerce international. Après 1931, la plupart des pays ont abandonné l’étalon-or et se sont alignés sur le dollar américain, la livre sterling ou le franc français (côté A), en suivant le système de Bretton Woods (côté B). C) ou flottant (c.-à-d., côté B).

Il est possible de se situer quelque part entre les deux, comme les“dirty floats” (flotteurs sales) ou les chevilles avec une flexibilité limitée. Dans l’ensemble, les politiques monétaires peuvent être choisies du côté A, B ou C, avec quelques choix mixtes entre les deux.

Le système de Bretton Woods

Le système monétaire international des années 1930 et 1940 était chaotique. Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, les responsables de la politique économique des pays alliés se sont réunis à Bretton Woods, aux États-Unis, pour tenter de faire en sorte que l’économie d’après-guerre se porte mieux. Les architectes de l’ordre d’après-guerre, notamment Harry Dexter White et John Maynard Keynes, ont construit un système qui préservait un principe clé du régime de l’étalon-or : les taux fixes. Mais elle a rompu l’ordre en imposant un contrôle des capitaux, optant ainsi pour le côté C.

Le système de Bretton Woods

Le “trilemme” a été résolu en faveur de la stabilité des taux de change afin d’encourager la reconstruction du commerce dans la période d’après-guerre. Les pays s’arrimeraient au dollar américain, ce qui en ferait la monnaie centrale et les États-Unis le pays central. Le dollar américain était à son tour rattaché à l’or à un prix fixe, dernier vestige de l’étalon-or.

Toutefois, il est difficile d’imposer un contrôle des capitaux. Dans les années 1960, les contrôles n’étaient plus fiables et les investisseurs ont trouvé des moyens de les contourner, en transférant l’argent des dépôts en monnaie locale vers les dépôts en devises étrangères. Certains ont même eu recours à des astuces comptables pour transférer de l’argent d’une monnaie à l’autre.

La fin de la parité du dollar

À mesure que la mobilité des capitaux s’est accrue et que les contrôles ont échoué, les pays rattachés au dollar ont risqué de perdre leur autonomie en matière de politique monétaire et ont commencé à reconsidérer leur rattachement au dollar. Comme il était de plus en plus évident que la politique américaine était axée sur les seuls intérêts des États-Unis, l’engagement de convertir les dollars en or n’existait plus. Certains pays ont commencé à dévaluer fréquemment leur monnaie, voire à annuler le rattachement au dollar américain.

Le système de Bretton Woods s’est dissous sans bruit. Depuis lors, le système monétaire international est entré dans l’ère de la monnaie fiduciaire.

Que vaut la monnaie fiduciaire ?

La monnaie fiduciaire est établie en tant que monnaie par une réglementation gouvernementale et n’a pas de valeur intrinsèque ; elle n’a de valeur que parce qu’un gouvernement la maintient, ou parce que les parties engagées dans un échange s’accordent sur sa valeur.

La monnaie fiduciaire a commencé à dominer au20e siècle. Depuis le découplage du dollar américain de l’or par Richard Nixon en 1971, un système de monnaies fiduciaires nationales a été utilisé dans le monde entier.

La monnaie fiduciaire peut être définie comme suit :

  • Toute monnaie déclarée par un gouvernement comme ayant cours légal.
  • Monnaie émise par l’État qui n’est ni convertible en droit en toute autre chose, ni dont la valeur est fixée en fonction d’un étalon objectif.
  • Une monnaie sans valeur intrinsèque utilisée comme monnaie par décret gouvernemental.
  • Objet intrinsèquement inutile qui sert de moyen d’échange (également appelé monnaie fiduciaire).

La monnaie fiduciaire n’est pas apparue soudainement, mais s’est progressivement imposée au fil de l’évolution du système monétaire. Les pays ont essayé de se lier à l’étalon-or, mais ils ont finalement échoué parce qu’ils avaient besoin de flexibilité pour réguler l’économie. En fin de compte, le coût de l’insolvabilité de la souveraineté l’a emporté sur les inconvénients de laisser le gouvernement contrôler la masse monétaire.

Cependant, le fait de permettre au gouvernement d’imprimer de l’argent crée un autre problème : la taxe d’inflation. Par exemple, supposons que l’achat d’une pomme coûte un dollar. Si le gouvernement imprime un dollar supplémentaire, l’offre totale de dollars sur le marché devient deux. Aujourd’hui, un dollar ne permet d’acheter qu’une demi-pomme. L’émission de nouvelle monnaie est considérée comme une taxe sur les détenteurs de monnaie existante.

Secouer le Fiat : La crise des subprimes et l’assouplissement quantitatif

La crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est une crise financière d’envergure nationale qui a contribué de manière significative à la récession mondiale qui a débuté en 2007. Elle a été déclenchée par une forte baisse des prix de l’immobilier après l’effondrement d’une bulle immobilière, entraînant des défauts de paiement des prêts hypothécaires, des saisies et la dévaluation des titres liés à l’immobilier.

La bulle immobilière qui a précédé la crise a été financée par des titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) et des obligations adossées à des créances (CDO), qui offraient initialement des taux d’intérêt plus élevés (c’est-à-dire de meilleurs rendements) que les titres d’État, ainsi que des notations de risque attrayantes de la part des agences de notation. Les premiers éléments de la crise sont apparus en 2007, et plusieurs grandes institutions financières se sont effondrées en septembre 2008, entraînant une perturbation importante du flux de crédit aux entreprises et aux consommateurs.

L’assouplissement quantitatif, la solution miracle ?

La solution des États-Unis à la récession a été l'”assouplissement quantitatif(QE), une politique monétaire par laquelle une banque centrale achète des montants prédéterminés d’obligations d’État ou d’autres actifs financiers afin d’injecter des liquidités directement dans l’économie. En achetant des montants déterminés d’actifs financiers aux banques commerciales et à d’autres institutions financières, les banques centrales sont en mesure d’augmenter le prix de ces actifs financiers et de réduire leur rendement tout en augmentant la masse monétaire.

En mars 2009, la Réserve fédérale avait racheté pour 1 000 milliards de dollars de dettes bancaires, de titres adossés à des créances hypothécaires et de bons du Trésor, et toutes les liquidités utilisées pour racheter ces actifs étaient écoulées sur le marché. Ce montant a atteint un pic de 1,35 trillion de dollars en juin 2010. Cinq mois plus tard, la Fed a annoncé un deuxième cycle d’assouplissement quantitatif, en achetant pour 600 milliards de dollars de titres du Trésor d’ici la fin du deuxième trimestre 2011. Le marché l’a appelé “QE2”.

Le “QE3” a été annoncé le 13 septembre 2012, lorsque la Fed a décidé de lancer un nouveau programme d’achat d’obligations à durée indéterminée, d’un montant de 40 milliards de dollars par mois, portant sur des titres adossés à des agences de crédit hypothécaire. Le bilan a augmenté rapidement après l’assouplissement quantitatif, passant de 900 milliards de dollars américains à 8 400 milliards de dollars américains en mai 2023. La différence réside dans toutes les liquidités (c’est-à-dire la masse monétaire) qui ont été injectées dans l’économie jusqu’à aujourd’hui.

Assouplissement quantitatif
Augmentation des réserves de la Fed dans le cadre de l’assouplissement quantitatif

L’assouplissement quantitatif a toutefois engendré de nombreux problèmes.

L’inégalité des revenus et des richesses est une question importante. En juillet 2016, le Premier ministre britannique Theresa May a ouvertement critiqué l’assouplissement quantitatif pour ses effets régressifs : “La politique monétaire – sous la forme de taux d’intérêt très bas et d’assouplissement quantitatif – a aidé ceux qui sont sur l’échelle de la propriété au détriment de ceux qui ne peuvent pas se permettre d’être propriétaires de leur logement.”

En 2012, un rapport de la Banque d’Angleterre a montré que ses politiques d’assouplissement quantitatif avaient principalement profité aux riches et que 40 % de ces gains étaient allés aux 5 % des ménages britanniques les plus riches.

Enfin : L’arrivée du bitcoin

En pleine tourmente économique, le bitcoin a été créé en 2008 par Satoshi Nakamoto, qui a voté contre la confiance accordée aux monnaies détenues par les banques centrales dans le livre blanc:

“Le problème fondamental de la monnaie conventionnelle est la confiance nécessaire à son fonctionnement. Il faut faire confiance à la banque centrale pour ne pas dévaloriser la monnaie, mais l’histoire des monnaies fiduciaires est pleine de manquements à cette confiance. Il faut faire confiance aux banques pour détenir notre argent et le transférer électroniquement, mais elles le prêtent dans des vagues de bulles de crédit avec à peine une fraction en réserve. Nous devons leur faire confiance pour protéger notre vie privée et ne pas laisser les voleurs d’identité vider nos comptes.

-Satoshi Nakamoto

Il convient de noter que le bitcoin n’est pas la première tentative de monnaie numérique. Avant le bitcoin, il y avait DigiCash (fondé en 1989 par le cryptographe David Chaum) et e-gold (fondé en 1996 par l’oncologue Douglas Jackson et l’avocat Barry Downey). Toutefois, ces deux projets ont échoué en raison de la centralisation.

Le bitcoin est-il la monnaie idéale ?

En utilisant les critères appliqués ci-dessus, voici une évaluation de l’efficacité du bitcoin en tant que monnaie :

Monnaie fiduciaire contre bitcoin

Sur la base de cette analyse, le bitcoin est un candidat plus idéal que la monnaie fiduciaire pour servir de moyen d’échange. Alors que la monnaie fiduciaire est plus généralement acceptée et a une valeur stable, il s’agit de mesures subjectives qui peuvent changer au fil du temps.

Le bitcoin présente toutefois certaines limites :

  • Finalité lente (il faut au moins une heure pour confirmer les transactions)
  • Débit limité
  • Requiert des connaissances sophistiquées de la part de ses utilisateurs (par exemple, la gestion des clés privées).

Ces déficits n’existent pas pour les formes physiques de la monnaie. Par conséquent, la résolution du problème de l’extensibilité de la blockchain est une condition préalable à l’adoption massive du bitcoin et d’autres crypto-monnaies pour les transactions quotidiennes.

Pour un aperçu détaillé des aspects techniques de Bitcoin, lisez comment fonctionnent les transactions en bitcoins.

Comment positionner le bitcoin dans le système financier ?

Le bitcoin n’est ni une monnaie-marchandise (il n’a pas de valeur intrinsèque), ni une monnaie représentative (il n’est pas rattaché à quelque chose ayant une valeur intrinsèque), ni une monnaie fiduciaire (il n’est pas garanti par le gouvernement). Il s’agit d’un type de monnaie propre, que nous appelons monnaie décentralisée.

Comment positionner le bitcoin dans le système financier ?

Comme l’a souligné Saifedean Ammous dans son livre La norme Bitcoin: “Pour toute autre monnaie, lorsque sa valeur augmente, ceux qui peuvent la produire commencent à en produire davantage.” La valeur du bitcoin est uniquement déterminée par l’équilibre du marché entre ceux qui l’échangent. Ceci est en ligne avec le la théorie subjective de la valeur, qui stipule que

“La valeur d’un bien n’est pas déterminée par une propriété inhérente à ce bien, ni par la quantité de travail nécessaire pour produire ce bien, mais par l’importance qu’un individu agissant accorde à ce bien pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés.

La nature décentralisée du bitcoin garantit qu’aucune entité n’a le pouvoir d’en créer davantage à partir de rien. Ainsi, une autre caractéristique importante est que la rareté du bitcoin est garantie par la décentralisation.

Le bitcoin remplit la plupart des qualités d’une monnaie idéale et possède les bases nécessaires pour perturber le système monétaire centralisé et fiduciaire qui a dominé jusqu’à présent. Il faudra plus de temps pour qu’elle devienne un véritable moyen d’échange, mais avec des utilisateurs de crypto-monnaies dans le monde entier, elle peut devenir un moyen d’échange. atteindre 425 millions à la fin de 2022, soit une augmentation de 39 % depuis le début de l’année – Le bitcoin et les autres monnaies sont sur le point d’être au cœur de la quête permanente de l’humanité pour une meilleure monnaie dans les décennies à venir.

Vous souhaitez rejoindre la communauté des crypto-monnaies ? Consultez cet article de l’Université pour obtenir des guides étape par étape sur l’achat de Bitcoin et de plus de 250 autres pièces dans l’application Crypto.com.

Diligence raisonnable et recherches personnelles

Tous les exemples cités dans cet article sont donnés à titre d’information uniquement. Vous ne devez pas considérer ces informations ou autres documents comme des conseils juridiques, fiscaux, d’investissement, financiers ou autres. Rien de ce qui est contenu dans le présent document ne constitue une sollicitation, une recommandation, une approbation ou une offre par Crypto.com d’investir, d’acheter ou de vendre des crypto-actifs. Les revenus tirés de l’achat et de la vente de crypto-actifs peuvent être soumis à l’impôt, y compris l’impôt sur les plus-values, dans votre juridiction. Les descriptions des produits ou des caractéristiques de Crypto.com ne sont données qu’à titre d’exemple et ne constituent pas une approbation, une invitation ou une sollicitation.

En outre, la bourse Crypto.com et les produits décrits ici sont distincts de l’application principale Crypto.com, et la disponibilité des produits et services sur la bourse Crypto.com est soumise à des limites juridictionnelles. Avant d’accéder à la bourse Crypto.com, veuillez consulter le lien suivant et vous assurer que vous ne vous trouvez pas dans une juridiction soumise à des restrictions géographiques pour le trading au comptant.

Les performances passées ne constituent pas une garantie ou un prédicteur des performances futures. La valeur des actifs numériques peut augmenter ou diminuer, et vous pourriez perdre la totalité ou une partie importante de votre prix d’achat. Lorsque vous évaluez un bien numérique, il est essentiel que vous fassiez vos propres recherches et que vous exerciez une diligence raisonnable afin de prendre la meilleure décision possible, car tout achat relève de votre seule responsabilité.

Tags

Crypto101

cryptocurrencies

Finance

history

Market

Partager avec des amis

Prêt à commencer votre aventure crypto ?

Obtenez votre guide étape par étape pour ouvrir un compte sur Crypto.com

En cliquant sur le bouton "Commencer", vous reconnaissez avoir lu l'Avis de confidentialité de Crypto.com dans lequel nous expliquons comment nous utilisons et protégeons vos données personnelles.
Mobile phone screen displaying total balance with Crypto.com App

Common Keywords: 

Ethereum / Dogecoin / Dapp / Tokens